Putain-Vogueul : la planète des émotifs

Putain-Vogueul

Un nom bien singulier pour une planète qui l’est tout autant : un phénomène astrophysique a pour effet de rendre les habitants de Putain-Vogueul irrémédiablement à cran.

Putain-Vogueul a la particularité de tourner en orbite autour du pulsar PSR B1257+12. Un pulsar est un objet astronomique émettant un fort rayonnement électromagnétique qui, dans le cas présent, produit un effet de stimulation mentale extrême sur nos pauvres putainvogueuliens, les rendant constamment de mauvaise humeur.

Pour la petite histoire, le nom de la planète aurait vu le jour au cours d’une réunion prévue à cet effet, organisé par les pionniers putainvogueuliens. Celle-ci dura quarante-huit heures et se déroula comme attendu, dans l’anarchie la plus complète : bagarres multiples, fracas de chaises, insultes en tout genre ; tout ce qui était susceptible de fuser, fusa. Toutefois, leur émotivité extrême n’avait pas totalement eu raison de leur lucidité : ne se connaissant que trop bien, les moins excités d’entre eux avaient auparavant planifié la mise en place d’un programme enregistreur qui déterminerait automatiquement le nom de la planète à partir du mot le plus prononcé au cours de la réunion ; Putain-Vogueul est née.

Une journée sur Putain-Vogueul

Pour mieux se représenter l’ambiance générale de Putain-Vogueul, voyons-en quelques bribes de vie quotidienne :

À la boulangerie :

« Je voudrais un croissant.
— Quand on dit ni bonjour ni s’il vous plait, j’offre un pain dans la gueule avec. Ça te convient gros con ?
— Et si j’en demande un deuxième en rajoutant « connasse » à la fin, j’ai une réduction ? »

Au travail :

« Salut, tu vas bien ?
— Qu’est ce que ça peut te foutre ?
— Rien, mais si tu veux, la prochaine fois je peux directement te dire d’aller te faire mettre. »

Au cinéma :

« Pousse ta grosse tête connard ! »

Les nuits de Putain-Vogueul

En vérité, les putainvogueuliens ne sont pas constamment dans cet état d’énervement : la nuit, à l’abri du rayonnement magnétique de PSR B1257+12 et harassés de leur journée de prises de bec collectives, ils dorment. Ils aimeraient tellement vivre la nuit pour pouvoir coexister en paix, mais il est impossible de dormir pendant ce jour délirant qui les épuisent. Ils arrivent toutefois à organiser admirablement quelques fêtes nocturnes durant le mois du solstice d’hiver, là où les jours sont les plus court et la fatigue surmontable. Ce sont de purs moments de joie de vivre intérieure où tous les putainvogueuliens s’étreignent dans un silence salvateur, avec cette douce nuit comme témoin bienveillant. Ici, la fête c’est le non-bruit, et bizarrement personne ne s’en plaint.

courrier_intergalactique_logo

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+
Ces boutons de partage sont une anomalie spatio-temporelle. Afin de ne pas perturber l'équilibre de l'univers, leur utilisation est vivement déconseillée. Mais d'un autre côté, n'est-ce pas déjà le foutoir dans ce bas cosmos ?